Aus Frankreich kommen frische Ideen zur Krise: kein Diktat der Zahlen mehr; Wohlstand wird neu definiert / Prospérité à la française: vacation time, health care, family relationships… / המשבר הכלכלי: סרקוזי מציע דרך חדשה למדוד רווחה

Figaro, Frankreich, zeigt Obama in Wall Street: wie kommt man aus der Krise heraus? / Im Elysée Palast nimmt Sarkosy einen Bericht entgegen, in dem ganz neue Ansätze stehen / Website Sarkosy: mit neuen Gedanken und richtigen Worten will er Mut & Zuversicht geben / Wall Street Journal,  New York: meinen die Franzosen das ernst?



דניאל דגן - Während Barack Obama die USA mit Zahlen und Daten aus der Krise herausführen will, setzt Nicolas Sarkosy ganz neue Akzente. Der französische Präsident will erreichen, dass sich die Welt dem Diktat der bisher üblichen wirtschaftlichen Daten widersetzt. Er plädiert für ein neues Denken, bei dem das Wohl der Menschen wieder in den Mittelpunkt rückt.



Das will Frankreich: "Joie de vivre Index" statt Dax!

Lesen Sie bitte dazu in dieser Website die Rubrik, die sich mit dem Thema beschäftigt:

Globalisierung - was bedeutet das für uns?

Diese Zusammenfassung der Ansätze von Sarkosy (Französisch) veröffentlichte die Zeitung "France Soir". Die Schlagzeile lautet

Wachstum: der "Religion der Ziffern" ein Ende setzen

Croissance: Sarkozy veut mettre fin à la "religion du chiffre"

Christine Ollivier

Image précédente Image suivanteLe président de la République a plaidé lundi à la Sorbonne pour une autre façon de mesurer le progrès économique que la seule croissance du PIB. Un débat qu’il entend porter sur la scène internationale, à dix jours d’un sommet du G20 à Pittsburgh qu’il aborde « extrêmement déterminé ».

Parce que « derrière tout l’édifice de nos représentations statistiques et comptables il y a aussi la religion du marché qui a toujours raison », Nicolas Sarkozy a affirmé lundi, lors d’un discours à la Sorbonne, sa volonté de mettre fin à la « religion du chiffre ». Le chef de l’Etat souhaite que les statistiques prennent désormais en compte d’autres éléments que la hausse du PIB et l’activité marchande pour mesurer le progrès économique et social, comme « les services que l’on se rend à l’intérieur d’une famille », « le loisir » ou « la qualité du service public ».

Actuellement, ces sujets, de même que le bien-être des individus ou le développement durable, sont largement ignorés, contrairement à la richesse créée par la spéculation financière, a-t-il regretté. « Le marché, dans lequel je crois, n’est pas porteur de sens […] de responsabilité […] de projet […] de vision. Les marchés financiers encore moins », a-t-il observé. Avant de renchérir. « A force de faire comme si toute la vérité était dans le marché, eh bien on a fini par le croire ! »

Une croissance « qui détruit davantage qu’elle ne crée »

Ainsi, « pendant des années, les statistiques ont affiché, a-t-il poursuivi, une croissance économique de plus en plus forte […] jusqu’à ce qu’il apparaisse que cette croissance, en mettant en péril l’avenir de la planète, détruisait davantage qu’elle ne créait ». Nicolas Sarkozy a également critiqué un système fondé sur des moyennes, « une façon de ne jamais parler des inégalités ».

Du coup, « dans le monde entier, les citoyens pensent qu’on leur ment, que les chiffres sont faux, et pire, qu’ils sont manipulés », a insisté le chef de l’Etat, qui venait de recevoir un rapport sur le sujet des économistes américain Joseph Stiglitz, indien Amartya Sen et français Jean-Paul Fitoussi.

Non seulement l’appareil statistique français sera modifié en conséquence, mais ce débat « la France l’ouvrira partout », a annoncé Nicolas Sarkozy. « Elle le mettra à l’ordre du jour de toutes les réunions internationales » et « elle se battra pour que toutes les organisations internationales modifient leurs systèmes statistiques »

Le président de la République aura l’occasion de porter cette idée dans dix jours à la réunion du G20 à Pittsburgh. Et c’est « extrêmement déterminé » qu’il assure aborder ce rendez-vous, où il entend notamment, selon le secrétaire général de l’Elysée Claude Guéant, aboutir à des résultats sur la question des bonus. Il pourrait même, a-t-il prévenu, quitter le sommet s’il ne parvenait pas à obtenir de décisions concrètes.

_________________________________

Please also follow us on Facebook , Twitter & Yahoo!

Krise, Banken & Zinsen: die beste Investition sind die Schulden eines Gläubigers, der partout nicht zahlen will

Schlagwörter: , , , , , , ,

Anmelden